Les crédits verts creusent leur sillon. Le 24 janvier à Rabat, un mémorandum d’entente a été signé entre le ministère de l’Économie et des Finances et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD). L’objectif de ce protocole d’accord, paraphé par le ministre Mohammed Boussaïd et Pierre Heilbronn, vice-président de la BERD, est de préparer, conjointement, un produit de co-financement des investissements verts dédié aux PME et TPE. Selon la Banque européenne, cette nouvelle offre capitalisera sur l’expérience du fonds "Tamwil", géré par la Caisse centrale de garantie (CCG), dans le financement des micros, petites et moyennes entreprises (TPME), aux côtés d’institutions financières marocaines. Aussi, le nouveau produit «Tamwil» en préparation, s’appuiera sur «la réussite» du MorSEFF, une ligne de financement pour l’énergie durable lancée en 2015 par la BERD au Maroc. À ce jour, MorSEFF a mobilisé 110 millions d’euros, via l’intermédiaire de banques partenaires (BMCE Bank et Banque Centrale Populaire - BCP), au profit des entreprises, afin de développer l’économie verte dans le pays.  Le mémorandum prévoit ainsi que le nouveau produit Tamwil suivra une approche similaire à celle du MorSEFF, incluant, en plus d’un co-financement de la BERD, une assistance technique des TPME concernées. 
Contactée par le "Matin-Éco", la conseillère en communication à la BERD, Nibal Zgheib, a indiqué que le montant à mobiliser par la banque européenne, dans le cadre de ce mémorandum d’entente, sera tributaire de la demande du marché.  «Ce mémorandum est un excellent exemple de la façon dont la BERD collabore avec ses partenaires pour créer un marché propice aux investissements verts et garantir une incidence à long terme sur l’économie marocaine», a indiqué Pierre Heilbronn. 
Pour Mohammed Boussaïd, ce projet s’insère dans le cadre des engagements pris par le ministère en faveur du climat, lors de la COP 22, pour l’alignement du secteur financier marocain sur le développement durable. «Ce mémorandum concrétise ainsi une nouvelle approche de coopération avec les bailleurs de fonds qui devra soutenir la mobilisation de nouvelles ressources privées et leur orientation au profit des projets des PME et TPE d’économie verte», a-t-il précisé.
Notons que Pierre Heilbronn, en visite officielle au Maroc du 24 au 29 janvier 2018, doit signer aujourd’hui un protocole d’accord avec le président de la région de Casablanca-Settat, Mustapha Bakkoury, instaurant un cadre de collaboration pour le développement du secteur privé et des infrastructures.